Dimanche 18 juin 2017

 

La Rose d'Antran

 

Pour cette 20e édition de la Rose d'Antran c'est Michel M. qui a la gentillesse de m'accompagner sur ce raid de 100 km et 1500m de dénivelé. Arrivés de bonne heure, il y a peu de monde et l'inscription se fait rapidement. Les raideurs sont bien gâtés car on a droit à un grand bidon, un couteau multi-fonctions, une barre énergétique, un tee-shirt finisher. Le départ est libre et nous démarrons cette 1re boucle vers 7h45 qui nous emmène au point de ralliement/ravito/assistance mécanique assurée par les sympathiques Ets DESMAZEAU d'où partent les autres boucles. Sur les conseils d'un organisateur nous choisissons d'effectuer la boucle n°5, la plus technique. Choix très judicieux car vu notre relative "fraîcheur" nous avons profité pleinement de cet enchaînement de singles qui exige maniabilité et relances. Un régal. De retour au ravito où je croise des connaissances (Catherine, David, 2 autres rvc) nous partons sur la boucle n°2 suivie de la boucle n°3 qui nous emmènent dans les alentours de Mondion, Vellèches, Marmande et permettent d'apprécier le beau boulot de l'organisation concernant l'ouverture et le nettoyage des sentiers. On revient au ravito pour effectuer la dernière boucle n°4 et Michel décide après 80 km suite à un genou douloureux de ne pas continuer et de rallier l'arrivée. Un vttiste de Lésigny me tiendra compagnie car il n'y a personne sur le tracé où il fait déjà 30°C, ce qui augmente la difficulté des côtes. Un dernier ravito et on termine avec la boucle retour qui demande encore un peu de force et de vigilance sur certains passages. C'est avec plaisir que nous terminons ce 100 km (seulement une vingaine de participants) que j'ai trouvé plus roulant que les éditions précédentes qui nous emmenaient sur St REMY/CREUSE, mais vu la chaleur c'était bien suffisant. Encore une belle réussite pour cette manifestation qui aura réuni 421 vttistes et 169 marcheurs et dont l'organisation est toujours irréprochable.
                                                                                                             Thierry G.